Les 9 signes voltaïques

La base de l’alphabétisation commence par l’apprentissage des 9 signes voltaïques. Ils sont la base de l’écriture de toutes les lettres en minuscules et en majuscule. Après un mois de cours, tous les apprenants maîtrisent ces signes. Ils apprennent maintenant les voyelles.

Nous sommes allés à la rencontre des apprenantes du centre de Foulaya, près de Kindia.

Pourquoi vous avez décidez de participer ?

« Nous sommes analphabètes. Grâce à notre formation, nous saurons lire et écrire. Grâce à cela, nous serons vigilantes dans nos calculs [pour les activités économiques], nous concrétiserons les emprunts et crédits que nous effectuons soit avec une signature ou un écrit. Nos enfants ne peuvent plus nous berner. »

Une belle récolte de laitues bio

Nos conseillers ont formé les agricultrices de 2 villages à la production de laitues, dans le cadre du projet agroforesterie financé par GAC. Depuis la préparation du sol, les planches de pépinières, le repiquage, l’entretien et la récolte, les bénéficiaires de Hakoundé Tchandi et Boundou Legué, constitués en GIE, ont appris par la pratique toutes les étapes. Le résultat donne l’appétit !

31 femmes accompagnées à Hakoundé Tchandi

Déjà une tonne de salades ramassées et vendues dans les marchés de Sangarédi et Boké.

19 femmes formées à la saponification

La saponification, c’est l’art de faire des savons !

L’APEK-Agriculture a formé 19 femmes de Kantambafenda en janvier. 591 savons diama et 180 savons kabakoudou ont été fabriqués ces jours-là. Les femmes ont constitué un GIE (Groupement d’intérêt économique) avec l’accompagnement de nos conseillers. 35 % du produit des ventes de savons constitueront le fond de roulement du GIE. 5 % sera mis de côté comme caisse sociale pour soutenir les membres en cas de coup dur et 60% seront distribués aux membres en paiement de leur travail.

Ce GIE évolue dans la sous-préfecture de Tanènè, près de Boké, et est accompagné dans le cadre du projet agroforesterie financé par GAC. Les savons sont en vente dans les marchés locaux. Quatre productions ont déjà été réalisées depuis la formation !

La production de savon nécessite l’utilisation de produits dangereux comme la soude. Il est nécessaire d’apprendre à se protéger et à gérer les déchets de la fabrication pour ne pas risquer de mettre en danger l’entourage !

Visite de supervision par le cabinet Wongaye

Madame Diallo, du cabinet Wongaye, s’est montrée très satisfaite lors de sa visite du 11 février dernier !

Chargée par la société minière GAC de contrôler l’avancée des activités du projet mené par l’APEK, elle est venue échanger avec les bénéficiaires de Hamdallaye, Balhaoun, Lopé Tambangou et Lopé Kalisse, près de Boké. Elle a pu constater le niveau d’avancement des activités dans ces villages et recueillir l’avis des bénéficiaires sur la qualité de la prestation.

L’APEK-agriculture forme et accompagne les agriculteurs impactés par les activités minières de GAC pour la restauration de leurs moyens de subsistance. Ils se regroupent en GIE (groupement d’intérêt économiques) pour se donner les moyens d’investir par eux-mêmes après les premiers apports en matériels et intrants fournis par le projet.

Les centres d’alphabétisation sont ouverts

Les cours ont démarré dans tous les centres !

Après la formation des alphabétiseurs à Kindia du 11 au 22 janvier, nous avons équipé les centres. Les bancs, chaises et tableaux noirs pour les centres ont été fabriqués par trois menuisiers de Kindia, Boké et Coyah. Tout ce matériel a été acheminé début février avec les fournitures pédagogiques (livrets, cahiers, crayons et stylos, ardoises et craies) dans les centres début février.

Pendant ce temps, les alphabétiseurs ont inscrit les volontaires. A ce jour, les cours ont débuté dans les 14 centres.

Localisez les centres :

Voir en plein écran

Sensibiliser à la prise en compte du genre

Education, participation aux instances de décision, responsabilités dans les entreprises, possession de la terre… Dans tous ces domaines, les inégalités entre les hommes et les femmes sont criantes.

Poids de la tradition, de l’éducation, de la législation, ces inégalités entravent le développement du pays. Lorsque les décideurs sont des hommes, ils font des choix en fonction de leur vécu et de leurs besoins, souvent sans prendre en compte le vécu et les besoins des femmes, sans le vouloir. C’est pour cela qu’une prise de conscience des enjeux est importante.

La place des femmes est centrale dans COFIFAM. C’est dans ce cadre qu’une série de rencontre avec les vendeuses de cuiseurs et les artisans qui les fabriquent est organisée dans les 8 préfectures de la Basse-Guinée et à Conakry.

Une carte des points de vente des cuiseurs !

Vous voulez acheter Soneya, notre cuiseur à haut rendement énergétique ?

Trouvez le point de vente le plus proche de chez vous sur notre nouvelle carte interactive.

Tous les points de vente ne sont pas encore recensés, mais nous allons continuer à l’enrichir.

Voir en plein écran

Pour plus de renseignements, n’hésitez pas à contacter les animateurs de votre zone : Préfecture de Boffa : 621 40 72 26 Préfecture de Boké : 621 40 70 75 Préfecture de Coyah : 621 40 70 90 Préfecture de Dubréka : 621 40 71 61 Préfecture de Forécariah : 621 40 70 90 Préfecture de Fria : 621 40 71 61 Préfecture de Kindia : 621 40 71 14 Préfecture de Télimélé : 621 40 72 89 Conakry : 621 40 72 22

Installation des centres d’alphabétisation

La formation des alphabétiseurs a pris fin mercredi dernier. S’ils savaient lire et écrire en français, cette formation leur a donné les méthodes et techniques pour enseigner en langue locale (Soussou et Poular) aux personnes qui s’inscriront dans les centres.

Photo de famille des alphabétiseurs avec les formateurs


Finalement, ce sont 14 personnes sur les 15 identifiées qui ont participé assidument à la formation. Il n’y aura donc que 14 centres, mais nous devrions atteindre les 300 personnes formées quand même. Il y aura juste 2 personnes de plus par centre.

Cette semaine, l’équipe de l’APEK est mobilisée sur la préparation des fournitures (confection des livrets, achat des tableaux noirs, fournitures scolaires) et à l’organisation de la livraison dans les 14 sites. Le plus distant est à plus de 300 km tout de même…
Pendant ce temps, sur le terrain, les 14 alphabétiseurs endogènes sont entrain d’inscrire les personnes qui veulent se former.

Formation des alphabétiseurs

La formation des 15 alphabétiseurs endogènes a débuté lundi 11 janvier pour 10 jours.

Le directeur préfectoral de l’alphabétisation pour la région de Kindia nous a fait l’honneur de participer à la cérémonie d’ouverture.

Le président, après un discours rappelant les grandes lignes du projet ALeaf et remerciant les participants pour leur investissement, a déclaré la formation ouverte.

M. Sylla, formateur principal en soussou et pilote du projet à gauche et M. Diallo, assistant formateur en poular à droite

L’évènement a été couvert par la radio rural et radio Espace.

Un financement participatif pour ALeaf !

La préparation des 15 centres d’alphabétisation démarre bien.

Côté budget, il nous manque encore une partie du financement. Alors Guinée 44, notre partenaire privilégié, a lancé un financement participatif en France. Mais vous pouvez donner même si vous êtes ailleurs dans le monde !

Et si vous ne pouvez pas donner, vous pouvez quand même nous aider en partageant le lien sur les réseaux sociaux !

Propulsé par HelloAsso