APEK Agriculture Kindia
Accueil du site > 3. Nos projets > CBE > Qui sont les "vulgarisatrices vendeuses" du projet CBE ?

Qui sont les "vulgarisatrices vendeuses" du projet CBE ?

lundi 30 décembre 2013, par Amadou Rouma BARRY, Faustin Guilavogui

Dans notre précédente parution nous avons présenté le projet de diffusion et de commercialisation de neuf milles (9000) cuiseurs à bois économe (CBE) en Basse Guinée, et bien j’ai le plaisir de vous annoncer que le projet CBE est en marche !

Après les prises de contact au niveau des collectivités pour rencontrer les autorités et les organisations paysannes ainsi que la série de sélections des femmes destinées à pérenniser les activités du projet et d’assurer la ventes et la vulgarisation, nous continuons vers une nouvelle étape.

Aujourd’hui, nous en sommes à la phase décisive de formation des femmes retenues sur le thème : présentation et connaissances du projet et rôles et mission d’une vulgarisatrices vendeuses et nous sommes également entrain de suivi de l’ouverture des premiers points de ventes.

La formation des vulgarisatrices vendeuses :
- Qui sont les bénéficiaires ?
- En quoi consiste la formation ?
- Quelle est sa portée ?

En réponse à cette série de questions, nous allons vous décrire cette étape qui a consisté à former des femmes destinées à être des vulgarisatrices vendeuses. Elles sont les actrices locales du projet.

Qui sont les bénéficiaires ?

Ce projet est mis en œuvre en partenariat avec les organisations paysannes membres de la fédération de l’organisation paysanne de la basse guinée (FOP-BG). Ce sont ces organisations paysannes, qui en fonction de critères de sélection prédéfinies, sélectionnent en leur sein certaines femmes. Cette sélection s’effectue également en collaboration avec les animateurs de terrain qui ont pour rôle de les accompagner dans leurs activités de commercialisation. Ces femmes, rurales en général, sont les premières bénéficiaires du projet et elles prendront le titre de « vulgarisatrices-vendeuses » après la formation.

Au nombre de quatre-vingt (80) au départ, elles sont reparties en huit (8) groupes de formation selon un regroupement géographique. Celui-ci dépend de leur proximité au lieu de formation et il s’étend sur les quatres zones d’intervention du projet :

-  Boké-Boffa
-  Forecariah-Coyah
-  Fria-Dubreka
-  Kindia-Télimélé

En quoi consiste la formation ?

La formation se déroule en deux séances fondamentales : une séance théorique et une séance pratique. La séance théorique se subdivise en plusieurs étapes : 1. La présentation de l’Apek-agriculture et de ses activités ; 2. La présentation du projet CBE ; 3. La description du CBE et le mode d’utilisation ; 4. Son rôle dans la préservation de la nature ; 5. Le rôle d’une vulgarisatrice vendeuse et celui de l’animatrice ; 6. Le remplissage de la fiche de ventes, et une évaluation finale.

La séance pratique, quant à elle, consiste à faire une cuisson comparative entre le CBE et le foyer trois pierres mis dans les mêmes conditions de cuisine. C’est-à-dire qu’on utilise la même qualité et quantité de bois au poids, la même quantité d’aliment au poids, le même temps de démarrage (heure,minute,seconde).

Ensuite les femmes formées procéderont à l’assemblage du CBE avant la cuisson. C’est la seconde évaluation pour qu’elles puissent être déclarées « vulgarisatrices vendeuses » et bien sûr elles peuvent par la suite déguster le repas copieux de « konkoué ou borogui ».

Quelle est sa portée ?

Mesurer la portée de la formation est un exercice difficile car au regard de ce qui précède cette formation dépasse son seuil et devient une sensibilisation, un appel à une prise de conscience sur le danger du gaspillage de nos ressources en bois. Nous recueillions même plusieurs témoignages sur l’état catastrophique de nos forêts et les femmes qui sont volontaires s’engagent à devenir des défenseuses de l’environnement et cela bien au-delà du rôle de la vulgarisation et de la vente auxquelles elles sont assignées. Au total soixante-dix-neuf (79) femmes ont été formées en août et après cette étape nous procédons actuellement, au rythme de la production, à l’ouverture des points de ventes. Six (6) sont déjà opérationnels et nous avons pour objectif d’ouvrir quinze(15) points de ventes d’ici la fin janvier 2014.

Nous aurons le plaisir de revenir vers vous pour vous tenir informés de l’évolution du projet CBE en Basse-Guinée, alors n’hésitez pas à venir consulter notre page régulièrement. Et surtout, soyez acteur de votre environnement, regardez autour de vous, la protection de la nature ne tiens qu’à vous, qu’à nous tous.

Faustin Guilavogui, superviseur du projet CBE au sein de l’APEK Agriculture.

Portfolio

Assemblage d'un CBE
PNG - 1 Mo
Assemblage d’un CBE
Assemblage d’un CBE par Madame Yélikha Camara vulgarisatrices-vendeuse de Dadia marché(Kindia).
SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0